Décrivez les données que vous souhaitez représenter :

Implantation
Temps
Changement

Géométrique

Sémantique

Identité

Décrivez le type de représentation que vous souhaitez :

Temps
Effet graphique

Implantation

L’implantation est la nature de l’objet géographique qui porte l’information. Cette nature peut être de trois types : le point, la ligne et la surface.

Point

L’objet géographique est représenté par un point de coordonnées (x,y). Selon l’échelle cela peut être une ville (petite échelle) ou un arrêt de bus (grande échelle).

Ligne

L’objet géographique est représenté par une ligne. Cela peut être une route, ou encore une frontière.

Surface

L’objet géographique est représenté par une surface. Cela peut être une unité correspondant à un zonage (administratif : commune, département, région).

Temps (données)

Il s’agit du temps d’enregistrement (confondu ici avec le temps de l’observation) des données.

Temps régulier

Si les états successifs sont enregistrés à un intervalle de temps identique sur la totalité de la période couverte, le temps est dit régulier (suivi hebdomadaire, mensuel ou trimestriel, par exemple).

Temps irrégulier

Si les enregistrements se font au moment des changements, avec un intervalle de temps variable sur la période couverte, alors le temps des données, est dit irrégulier (à chaque événement, de crues, par exemple).

Objet du changement

Les changements peuvent affecter l’une des trois composantes génériques des objets géographiques : la géométrie, la sémantique et l’identité. Cheylan J.P, 2007 « Les processus spatio-temporels : quelques notions et concepts préalables à leur représentation », Mappemonde ,n° 87 (2007.3).

Changement géométrique

Le changement porte sur la forme de l’objet (les coordonnées des points qui définissent l’objet changent). Le changement géométrique se manifeste par la déformation et/ou le déplacement de l’objet dans l’espace. NB : On considère ici que la création et la disparition d’un objet n’affectent pas sa géométrie, mais son identité.

Déformation

Modification de la forme géométrique de l’objet géographique. Cela peut être une nappe de pétrole sur l’eau.

Déplacement

Changement de localisation spatiale de l’objet géographique, qui peut prendre la forme d’une translation, d’une rotation. Cela peut être le déplacement d’une armée.

Déplacement

Changement de localisation spatiale de l’objet géographique, qui peut prendre la forme d’une translation, d’une rotation. Cela peut être le déplacement d’une armée.

Changement sémantique

Le changement porte sur les attributs sémantiques qui décrivent l’objet géographique. Les relations entre les modalités des attributs, la différence, l’ordre et la proportion, sont classiquement traduites dans la cartographie statique par les variables visuelles (taille, valeur, couleur, orientation, forme).

Relation de différence

Les modalités d’une variable qualitative nominale entretiennent des relations de différence les unes par rapport aux autres. Cela peut être l’utilisation du sol, la branche d’activité, la couleur politique d’un état. Les variables visuelles classiquement utilisées pour traduire la différence sont la forme, l’orientation et la couleur-teinte.

Relation de proportion

Les modalités d’une variable quantitative absolue (données numériques, mesurées sur une échelle « de rapport ») entretiennent des relations de proportionnalité les unes par rapport aux autres. Elles correspondent à des stocks. Cela peut être le nombre d’habitants d’une ville. La variable visuelle classiquement utilisée pour traduire la proportion est la taille.

Relation d’ordre

Les modalités d’une variable qualitative ordinale ou quantitative relative (données numériques, mesurées sur une échelle « d’intervalle ») entretiennent des relations d’ordre les unes par rapport aux autres. Cela peut être la taille des entreprises (petite, moyen, grand), la part des personnes actives dans la population totale, les températures d’une station météo. La variable visuelle classiquement utilisée pour traduire la différence est la valeur (en noir et blanc ou en intensité de couleur).

Changement d'identité

Le changement porte sur l’identité de l’objet. L’identité permet de distinguer un objet de tout autre objet. Un changement d’identité peut porter sur l’existence même d’un objet (apparition/disparition) ou sur sa généalogie (objet issu d’une scission ou d’une fusion).

Apparition

Il s’agit d’un objet géographique qui n’existait pas auparavant et qui se crée (ou est créé).

Disparition

Il s’agit d’un objet géographique qui existait auparavant et qui n’existe plus.

Scission - l'identifiant change

Il s’agit d’un objet géographique qui est le résultat de la (sub)division spatiale d’un autre objet qui, auparavant, présentait une surface plus importante. L’opération de scission conduit donc à un objet dont la surface est plus petite. Lors de la scission, on affecte de nouveaux identifiants aux objets géographiques. Cela peut être par exemple le cadastre rénové : si une parcelle est partagée, elle perd son numéro d’origine, et on numérote les nouvelles parcelles ainsi créées à partir du dernier numéro de la section. Exemple : AB 100, d'une contenance de 20 ares (2000 m²) est partagée en 2 . On aura : le dernier numéro attribué dans la section AB étant 459, les nouveaux numéros attribués seront : AB 460, contenance 10 ares AB 461, contenance 10 ares N.B. Le plan sera refait, le numéro d’origine sera barré 100 , et les mentions portées au plan seront 460 et 461. source : http://georezo.net/wiki/main/cadastre/ pci/pci_process)

Scission - l'identifiant est stable

Il s’agit d’un objet géographique qui est le résultat de la (sub)division spatiale d’un autre objet qui, auparavant, présentait une surface plus importante. L’opération de scission conduit donc à un objet dont la surface est plus petite. Lors de la scission, on conserve l’identifiant pour l’objet qui aura la plus grande surface et affecter de nouveaux identifiants aux objets géographiques plus petits. Cela peut être par exemple le cas de la gestion des propriétés : la propriété de pierre est divisé en deux, pierre garde une des 2, l'autre est vendue.

Fusion - l'identifiant change

Il s’agit d’un objet géographique qui est le résultat d’une agrégation spatiale (c’est-à-dire d’une association ou d’un assemblage géométrique) entre deux, voire plusieurs objets qui, auparavant, étaient distincts. L’opération de fusion conduit donc à un objet dont la surface est plus grande.. Lors de la fusion, on affecte de nouveaux identifiants aux objets géographiques.

Fusion - l'identifiant est stable

Il s’agit d’un objet géographique qui est le résultat d’une agrégation spatiale (c’est-à-dire d’une association ou d’un assemblage géométrique) entre deux, voire plusieurs objets qui, auparavant, étaient distincts. L’opération de fusion conduit donc à un objet dont la surface est plus grande.. Lors de la fusion, on conserve l’identifiant de l’objet géographique qui aura la plus grande surface. Cela est le cas, par exemple lors de la réunification de la République Fédérale d’Allemagne et de la République Démocratique Allemande,, la conservation de la dénomination République Fédérale d’Allemagne (même si dans le langage courant on parle aujourd’hui plus simplement de l’Allemagne).

Temps (représentation)

Il s’agit de la représentation du temps dans l’animation. Nous avons ici choisi de distinguer uniquement l’aspect continu et discontinu de la représentation.

Temps continu

Avec une représentation graphique continue, les états intermédiaires aux événements enregistrés sont générés par interpolation, l’utilisateur perçoit le changement sous forme continue (la variation du figuré est continue et fluide dans le temps).

Temps discontinu

Si chaque carte reste affichée pendant un laps de temps assez long et que le passage à la carte pour l’état (ou la scène) suivante se fait « sans transition » (comme lorsque l’on visionne un diaporama), nous avons considéré que le temps de la représentation était discontinu.

Effet graphique

Plusieurs effets graphiques sont proposés dans la représentation animée. Leur but est de permettre de garder une mémoire visuelle de la situation antérieure (empreinte) ou du changement (trace).

Succession

Aucun effet graphique n’est utilisé. C’est la simple succession des états qui est représentée.

Empreinte

On représente à l’instant t+1 : la situation à l’instant t+1 et la situation à l’instant t (en grisé) pour garder une mémoire visuelle de la situation antérieure.

Trace

On représente à l’instant t+1, toutes les étapes intermédiaires entre la situation à l’instant t et la situation à l’instant t+1.

Le laboratoire sémiologique propose d’explorer les potentialités de l’intégration du déroulement du temps dans une représentation cartographique, en partant de l’animation d’objets graphiques simples et génériques . Il s’agit de mettre au point et de tester des « briques élémentaires » d’une « grammaire » possible de la cartographie animée. L’expérimentation porte sur la mise en regard d’une formalisation numérique de l’information et ce qu’elle implique du point de vue de sa représentation cartographique sur support écran.